321 – Les Pères Pélerins

.            Les Pères pèlerins (en anglais : Pilgrim Fathers, expression apparue au XIXe siècle, pour désigner ces colons, en référence à un passage de la Bible) sont l’un des premiers groupes de colons britanniques installés, après leur traversée à bord du Mayflower, sur le territoire des futurs États-Unis d’Amérique.

Protestants très pieux, dissidents anglais, ils ont fui les persécutions religieuses de leur roi Jacques I° et l’instabilité de l’Europe afin de trouver une terre vierge où créer une « nouvelle Jérusalem » pour pratiquer librement leur religion. Les Pères pèlerins, dont la plupart venait de milieux modestes (petits fermiers, artisans…) tout en adhérant aux principes puritains, n’étaient pas des puritains ‘intégristes’. Ils étaient plutôt des séparatistes qui voulaient rester en dehors de l’Église d’Angleterre contrairement aux puritains durs qui eux voulaient purifier et réformer l’Église d’Angleterre.

L’ensemble des 102 immigrants, avec, parmi eux, 67 ‘étrangers’ européens, ont commencé leur voyage le 16 septembre 1620 (6 septembre selon le calendrier julien en usage chez les pèlerins) à Southampton et ont traversé l’océan Atlantique à bord du voilier Mayflower. Ils arrivent en vue de la côte américaine en novembre, à l’emplacement de la ville actuelle de Provincetown au Cap Cod, dans le Massachusetts.

Le Mayflower devait initialement faire route pour l’estuaire de l’Hudson, et débarquer ses passagers sur un territoire (Jamestown) cédé par patente royale à la London Virginia Company. Mais ayant dû finalement faire route un peu plus au nord, dans l’actuel Massachusetts, 18 colons qui avaient le statut de serfs engagés proclamèrent que, dans la mesure où leur établissement ne se trouvait plus sur le territoire de la Virginie, ils ne seraient plus tenus à la servitude qu’on voulait leur imposer. Pour éviter des dérives regrettables, une majorité d’autres colons, notamment les Pères pèlerins, décidèrent de convenir d’un gouvernement.

Mayflower Compact, retranscrit par Bradford, le chef de la communauté.

Le Mayflower Compact (Pacte du Mayflower), premier acte gouvernemental de la colonie de Plymouth, spécifiait que sur cette terre, de nouvelles règles allaient être créées et qu’il fallait s’adapter pour survivre. Ce document fut signé le 11 novembre 1620 par 41 voix sur les 102 passagers que comptait le navire, dans l’actuelle baie de Provincetown (Provincetown Harbor) près du cap de la Morue, quelques jours avant de mettre pied à terre, le 26 novembre 1620. Le Mayflower Compact s’appuyait sur un modèle démocratique majoritaire (bien que les signataires ne soient pas majoritaires) et sur l’allégeance des colons au roi d’Angleterre. Fondamentalement social ce pacte par lequel les colons consentaient, au nom de la survie du groupe, à suivre les règles et règlements votés régirait leur vie en commun après leur établissement en terre inconnue. Il jette les bases d’une démocratie locale respectueuse des croyances de chacun. Ce pacte demeure l’une des sources de la pratique démocratique américaine.

Un mois plus tard, le 21 décembre, ils fondèrent la ville de Plymouth (baptisée alors « New Plymouth »).

Reconstitution du village des colons à Plymouth Plantation.

Comme prévu, la première année est très difficile. De nombreux colons succombent à la faim et à la maladie. Les autres ne doivent leur survie qu’aux dindes sauvages et au maïs fourni par les Indiens.

En novembre 1621, la communauté organise une journée d’action de grâce. C’est le « Thanksgiving Day ». Le président Lincoln érigera ce « Thanksgiving Day » en fête nationale en 1863. Ainsi, chaque 4e jeudi de novembre, les familles des États-Unis savourent de la dinde aux canneberges avec des patates douces et de la tarte au potiron au dessert. Au Canada, cette commémoration porte le nom de « Fête de l’Action de Grâce » et elle est célébrée le 2e lundi d’octobre… avec un menu identique.

En Nouvelle Angleterre, en 1648, les paroisses séparatistes des Pères pèlerins de la colonie de Plymouth et les paroisses puritaines de la colonie de la baie du Massachusetts fondèrent une seule Église congrégationaliste sur la base de la plateforme de Cambridge, Église officielle dans les 2 colonies.

La première paroisse séparatiste des Pères pèlerins et la première paroisse puritaine d’Amérique fondées respectivement en 1620 à Plymouth et en 1630 à Boston sont aujourd’hui des paroisses unitariennes universalistes.

Le « Mayflower »

            Le Mayflower (« Fleur de mai ») est un vaisseau marchand de 90 pieds (27,4 mètres) et 180 tonneaux.

Le bateau quitta Londres en juillet 1620, accompagné d’un autre navire, le Speedwell, qui rebroussa chemin à la suite d’une avarie à la coque. Après deux escales, à Southampton le 5 août 1620 puis à Dartmouth le 12 août, le Mayflower quitta Plymouth le 16 septembre 1620 (6 septembre selon le calendrier julien en usage chez les pèlerins) avec ses 102 immigrants.

À la suite d’une halte pour se ravitailler à Terre-Neuve auprès de pêcheurs locaux, une tempête menaça le bon déroulement de l’expédition. Le mauvais temps obligea le vaisseau à aborder les rivages de l’Amérique au Cap Cod (sur le site de la ville actuelle de Provincetown dans le Massachusetts), le 11 novembre 1620, et non sur les bords du fleuve Hudson à Jamestown en Virginie, but initial du voyage. Jamestown, fondée en 1607, était la première colonie britannique sur l’emplacement de ce qui deviendra plus tard les États-Unis.

Le Mayflower dans le port de Plymouth peint par William Halsall (1882)

Une naissance fut enregistrée à bord durant la traversée : celle d’un petit garçon, au nom d’Oceanus Hopkins, et le valet d’Edward Fuller, William Butten, mourut pendant le voyage. Une naissance fut également enregistrée alors que le Mayflower n’avait pas encore accosté et que les pèlerins cherchaient un endroit où s’établir : celle de Peregrine White. La toute première femme européenne à débarquer fut Mary Chilton. La dernière survivante des passagers du Mayflower fut Mary Allerton, décédée à l’âge de 83 ans le 28 novembre 1699.

Présidents des États-Unis descendants des passagers du Mayflower :

John Adams, 1735 – 1826

John Quincy Adams, 1767 – 1848

Zachary Taylor, 1784 – 1850

James Abram Garfield, 1831 – 1881

George Herbert Walker Bush, 1924  –

George Walker Bush, 1946 –